Création 2022 – Nacera Belaza

L’image de l’homme tombant des Tours jumelles est restée gravée dans nos mémoires depuis le 11 septembre 2001. Le calme étrange avec lequel cet homme a sauté à la rencontre de la mort a également laissé une impression indélébile à la chorégraphe Nacera Belaza. Comment quelqu’un peut-il être aussi serein au cœur d’une telle violence ? Nacera Belaza s’en est inspirée pour concevoir une chorégraphie qui élève la chute au rang de pas de danse. Le déséquilibre nous fait peur, car il nous fait perdre le contrôle. Mais pour la chorégraphe, abandonner la résistance est aussi source de liberté. L’homme qui tombe ne semble plus résister, il accepte l’inévitable dans toute sa cruauté. Nacera Belaza s’est forgée une réputation internationale grâce à ses pièces sobres et introspectives au grand impact sensoriel. La musique, la lumière et les corps des danseurs y fusionnent pour composer des images marquantes.

En résidence au CCN2 du 27 septembre au 1er octobre 2021
Première en juin 2022, Festival Montpellier Danse
Avant-première les 20 et 21 mai 2022, deSingel

« Je porte en moi depuis plusieurs années l’image d’une danse qui s’écrirait en maintenant le corps en état de chute. Cette image était régulièrement présente lors de mes recherches précédentes ; j’étais fascinée par l’absence de résistance, par la liberté que la sensation de chute procure au corps et à l’esprit, par la possibilité d’abolir la peur en accueillant ce que l’on redoute le plus. Et puis j’ai découvert “L’homme qui tombe” (The falling man), une photographie de Richard Drew. Pourquoi cette photo a-t-elle particulièrement marqué les esprits ? Que révèle-t-elle de violence sous-jacente ? C’est sans doute l’étrange et inattendu calme dans lequel cet homme sur le point de mourir semble avoir été saisi. Il ne résiste pas, ne se débat pas. Il semble ne plus craindre le choc imminent. Agissant ainsi, il fait s’entrechoquer notre peur de la mort et l’inutilité à lutter contre. Il accueille en quelque sorte l’inévitable, et cela bouleverse. Il aurait dû crier, tenter de freiner la chute. C’est il me semble ce qui donne toute sa puissance, mais aussi toute sa violence à cette image : un précipité des courants contradictoires qui traversent l’être. C’est ce sentiment trouble qui me fascine et qui sera le point de départ de ma prochaine recherche ; la chute sur un plateau est soit redoutée soit simulée. Ayant moi-même vécu quelques chutes impressionnantes, je réalise qu’elles ont finalement été les plus grands moments de libération de mon parcours d’interprète, mais aussi d’être humain. »

Nacera Belaza

Chorégraphie, conception son et lumière  Nacera Belaza
Interprétation (en cours) Nacera Belaza, Aurélie Berland, Bethany Emmerson, Imani Butler
Régie générale Christophe Renaud, Melchior Delaunay

Production Compagnie Nacera Belaza
Partenaires confirmés
Festival Montpellier Danse, MC93 – Maison de la Culture de Seine Saint-Denis, deSingel, Campus International des Arts, Points-communs, nouvelle scène nationale de Cergy / Val d’Oise, Theater Freiburg, CCN2-Centre chorégraphique national de Grenoble dans le cadre de l’accueil studio / Ministère de la culture et de la communication