Tenir le temps

Conception et chorégraphie Rachid Ouramdane

Qui garde le contrôle sur quoi dans les sociétés à  plusieurs vitesses d’aujourd’hui ? s’interroge Rachid Ouramdane. « J’ai imaginé pour cette pièce soumettre quinze interprètes à une mécanique qui les dépasse, faite d’actions rythmées, de mouvements dominos et de réactions en chaîne ».
Dans ce précipité de danse, les corps témoignent d’une situation de crise, où le lien de l’individu au groupe est en constante négociation. Ensemble, sans être à  l’unisson, dans les jaillissements de solos et de duos, les interprètes manifestent une formidable pulsion de vie.
Entre mouvements continus, vides et pleins, tensions et abandons, Tenir le temps apparaît comme l’une des pièces les plus dansées de Rachid Ouramdane.

Raymond Paulet

Création les 1er et 2 juillet 2015 au Festival Montpellier Danse

Pour aller plus loin

 

« Tenir le temps cadre avec sa promesse : une rencontre entre seize danseurs aux tempéraments variés et une partition de piano envisagée comme de la percussion extrême, traversée d’accents jazz, rap ou bossa nova, du compositeur Jean-Baptise Julien. (…) En quatre plans-séquences, ces filles et garçons, dans des dégradés de vert olive (couleur d’habitude bannie des planches), sillonnent, serpentent, s’alignent couchés ou dressés, se toisent ou se tournent le dos. Ils marchent, à l’endroit, à l’envers. Avec souplesse comme chez Trisha Brown ou avec davantage d’intensité quand le mouvement s’approche de la breakdance.
La scène vibre d’une circulation collective continue, accélérée ou ralentie, laissant libre cours aussi à des explorations uniques. »
Télérama, Emmanuelle Bouchez, 2016

« Cette ambitieuse pièce, est un flot interrompu de mouvements, marches et regroupements à l’unisson ou en duo (…) Les danseurs halètent, transpirent, vont au bout de leur possibilités. Et miracle, la forme ne se perd pas en route ! »
Resmusica, Delphine Goater, 2016

« Tenir le temps est une pièce de très grande tenue. Le chorégraphe y administre la démonstration d’une plénitude dans la maîtrise de ses moyens compositionnels. (…) Tenir le temps est une redoutable machine à ensorceler le regard. Ses enchaînements très rapides brouillent très vite la forme qu’on était en train d’observer. On y doute presque de ce que l’on a vu. Surtout, on ne saisit pas les mécanismes de causalité, d’induction, qui font que tel tableau découlerait d’un autre. Il y a là une source tourbillonnante d’étourdissement. »
Danser canal historique, Gérard Mayen, 2015

Conception, chorégraphie Rachid Ouramdane
Composition originale Jean-Baptiste Julien
Lumière Stéphane Graillot
Costumes La Bourette

Construction décor Sylvain Giraudeau
Assistante chorégraphique Agalie Vandamme

Avec Fernando Carrion, Jacquelyn Elder, Annie Hanauer, Alexis Jestin, Lora Juodkaite, Arina Lannoo, Sébastien Ledig, Lucille Mansas, Yu Otagaki, Mayalen Otondo,Saïef Remmide, Alexandra Rogovska, Ruben Sanchez, Sandra Savin, Leandro Villavicencio,Aure Wachter.

Production déléguée CCN2- Centre chorégraphique national de Grenoble – Direction Yoann Bourgeois et Rachid Ouramdane
Coproduction L’A./Rachid Ouramdane, Bonlieu Scène nationale d’Annecy, Festival Montpellier Danse 2015, dans le cadre d’une résidence à l’Agora, Cité internationale de la danse, Théâtre de la Ville – Paris, MC2 : Grenoble.
Avec le soutien du Centre national de la danse contemporaine d’Angers et du Centre chorégraphique national de Grenoble dans le cadre de l’Accueil Studio 2015 et de la Ménagerie de verre dans le cadre du Studiolab.
Avec le soutien de l’Adami et de la Spédidam.
En partenariat avec Ruben Sanchez Dance Wear 
Pièce créée avec le soutien du Ministère de la culture et de la communication/DRAC Île-de-France dans le cadre de l’aide à la compagnie conventionnée et de la Région Île-de-France au titre de la permanence artistique.